[01/18/14] Tom’s interview for The Heights

Higgenson

John Wiley / Heights Editor

Tom a donné une interview pour le journal étudiant « The Heights » (voir traduction plus bas). / Tom gave an interview for the student newspaper « The Heights ».

Ariana Igneri: To break into things, tell me about the band name—where did “Plain White T’s” come from?

Tom Higgenson: There’s a great story—not really. Back in 1997, when the band started, we kind of just needed a name. A lot of our songs were oldies-influenced, and they still are, for sure. So just thinking about that, I had a list of names, and Plain White T’s was one of the names on the list. We thought it was a pretty cool name, going with the ’50s vibe and everything. And we happened to see when were looking at names that in other bands’ CD booklets, in the photos, there was somebody in every CD that we loved, wearing a plain white T. And so we took it as a sign and went with it.

AI: Were there other contenders on that list that you were glad you didn’t go with?

TH: The next contender was Bank Billy, which was literally a note I had written myself—that I had to go to the bank, and I had to call Billy. So looking at the paper, I was just like, “Bank,” “Billy.” Pretty stupid. Glad we didn’t go with that. And then another one was Where’s Arnie, from the movie What’s Eating Gilbert Grape. That was a kind of a cool name, but I’m glad we went with Plain White T’s—more fitting to the music.

AI: When did you know you wanted to be in a band? Was there a defining moment, when you woke up and said, “Hey, music is what I want to do with my life?”

TH: Yeah, well, my parents split up when I was 15, and I was always a smart kid, honors classes and things like that. So I was just going with the flow, doing well in school, thinking I was going to go to college. And after my parents’ split, for the first time, things got shook up in my life, and I had to think a lot about what I loved. I knew I loved music, and at that time, I was already writing songs. So I decided to take some more art classes and lay off the honors classes. And from then on, I made up my mind that I just wanted to make music.

AI: How would you describe your music, for someone who hasn’t heard it?

TH: I would describe it as very melodic with honest lyrics—honest lyrics mixed with catchy melodies that will get stuck in your head. But the kind of music you don’t have to feel bad about having stuck in your head.

AI: So you’ve been making music for more than a decade now. Do you think your sound has changed from its beginning to now?

TH: Well, actually, Tim, one of our guitar players, started writing songs. And he’s been singing the ones that he’s written, so I think that’s the biggest change in the band’s sound. You know, getting a different voice in there. But I also think it helps add a fresh dynamic to the band that obviously we didn’t have before. But other than that, the song writing is the same. Still, we never try to write the same song twice, and even on any of our albums, none of the songs sound too much alike.

AI: So what would you say generally inspires your music? Where do you go for musical inspiration?

TH: Life. A lot of the songs are about girls, relationships—wanting one and not getting one. Just being happy with somebody. But really, just life. Like on our new album, the title track, “American Nights,” it’s just about where we’re at in life. Just going out, and trying to make the most of the night, which I think a lot of people can relate to.

AI: And what do you hope listeners will take from it?

TH: Hopefully they just find a piece of themselves in it. The best art, for me, is when I see something, and I can feel what the singer is singing about. Or if it’s a movie, what the characters are going through. That’s usually the best stuff to me.

AI: I feel obligated to talk about “Hey There Delilah,” since it was such a huge hit—Grammy nominations and everything. What do you think it was about that song that fans fell in love with?

TH: I don’t know. Right when I wrote it, I knew it was a great song. I didn’t think it was going to be a big hit because it’s so the opposite of a hit. It’s so small, stripped down and everything. But I was very proud of it—love the lyrics. And I think the story of me singing a song to a girl who wasn’t there that lived far away, in the end, was just a very relatable concept. Like I said, I think all the songs we write are relatable because they’re all personal, but that song had a lot of details and a lot of specific things. And as I was writing it, I wasn’t sure if that would make people relate to it more or less. Because in reality, I thought only girls named Delilah that lived in New York would feel like they were a part of the song. Obviously, though, that wasn’t the case.

AI: So do you think the success of that song changed the way you write your music, look at it, or approach it?

TH: I’d say yes and no. I feel like I still write the same way—trying to be honest about life. But if anything, I feel like it changed the way we put a song together. Like a lot of the songs on the new record, even the more upbeat songs, kind of have a little of an acoustic guitar thing going on—not to copy “Delilah”—but I think we just realized what our strengths are and what people attach to. So even though we don’t write the songs any differently, maybe the way we present them is now more in the style or in the vein of what I think people are hoping to hear from the Plain White T’s.

AI: You and the band released the Should’ve Gone To Bed EP last year, you just completed a new music video for “The Giving Tree,” and the new album’s on its way, so do you want to talk about that?

TH: Absolutely. It’s called American Nights. We finished recording it last year. And I love the album. It was a hard album to make in the sense that everybody had their own opinions on what the songs should be, how they should come about, and that kind of thing. I feel like more than on any other album, there was a lot more of people having different opinions, which sort of sucked, because it was a harder album to make since we were arguing. But listening to the finished album, I think most of the right choices were made. As hard as it was to make, I think it reflects a great record that we’re all proud of.

AI: Well, after that then, what’s up next for the band? Another album? Tours? A 3D movie, maybe?

TH: Oh yeah. We’re going to pair up with One Direction. Well, you know that kid, Louis Tomlinson, he did sing “Hey There Delilah” for his audition, so we’re thinking about hitting him up and trying to do a duet or something … I’m totally kidding, of course. But yeah, we’re still writing, obviously, for after we put this new album out. Then tour, tour, tour—a stop in Boston for sure. Then end of 2014, maybe 2015, get back in the studio again and record the next batch of songs.

AI: Does touring, recording, and everything get monotonous? How do you keep the whole experience fresh every day?

TH: Right now, I’m actually renting a place in Malibu, California. That, and time off, and the ability to just do our own things… I mean, we all have our own lives and split apart when we have time off for things that are important—family, friends, relaxing. And I think that’s what makes it all fun. Because then, it’s like “Oh, we haven’t played a show in a couple weeks, now I’m excited to play tonight.” And plus, we’ll be touring with this new album for about a year or more. But when that’s done, we’re going to be excited to get back in the studio and record a bunch of new stuff, and then it’s exciting to go and play those songs live and share them with everybody. It’s a nice cycle that never really gets too dull.

AI: How would you describe a day in the life?

TH: Today’s a bad example, since it was a pretty easy day. We didn’t have to get out of our hotel ‘till four in the afternoon. But normally, we’d go ride on the bus, wake up early morning, go sing some songs on a radio station, get to the venue, sound check, do a couple interviews there, do a meet and greet with fans, maybe have an hour or so, and go and play the show, kind of unwind after a little, then go to sleep on the bus … then do it all over again. That’s life on the road. But in the studio, we roll out of bed at noon, have lunch, get to the studio, and just make some good music.

AI: Just for kicks—if you weren’t a musician, what do you think you’d be doing?

TH: I always had a big respect for teachers. I love teachers. There were definitely a few I had that inspired me, artistically and musically. The teachers that were a little bit cooler and less lame than the other teachers, those were the ones that I could relate to and really made a difference for me. So it would be cool to be someone like that for kids coming up.

AI: What’s your guilty pleasure song on the radio right now?

TH: I don’t know if it’s on the radio, but “Drunken Love” by Beyonce. It’s so good. I put it on every day. It’s not even a guilty pleasure.

AI: Weirdest gift you’ve ever gotten from a fan?

TH: It’s not totally weird, but we got these dolls that were so intricately detailed of each of us, with our guitars that we were playing on that tour. It was really cool actually. And I still have them in the studio in my basement, propped up in the studio.

AI: Strangest place you’ve played a show?

TH: We played at a—I don’t know if it was at a strip club, but it was like attached to one. So where dressing room was, strippers had to walk through our dressing room, basically naked, when they got off stage. It was awesome. We need to play there again.

AI: The last movie you watched?

TH: Oh, I just saw Wolf of Wall Street. Crazy. Epic. Insane. Great movie. And I saw that movie Her, it was so relevant. It was done so well, too. I like how it’s the future, but no one’s wearing silver outfits—it was more realistic. It’s like a love story. It’s nice. But I saw Her after Wolf of Wall Street, so that was probably the last thing I’ve seen.

AI: If you were a Disney character who would it be?

TH: Well, I mean, I’m a big Disney fan. And, you know, Mickey Mouse is almost the most irrelevant Disney character because there was never a big movie with him or anything. But yeah, it’s interesting because I would probably say Mickey Mouse, since he’s like the face of Disney. And I will say there is something magical about him, about whatever it is he represents. It’s not even about his character—it’s about everything behind it. There’s a lot of magic there.

AI: Okay, so last question—a celebrity you haven’t met but wish you could meet?

TH: Paul McCartney would be pretty awesome. Because with the Beatles, with everything they did back then, they were always trying to push things forward, to try new things. And really quick, I will say, I did meet Sacha Baron Cohen, and to me, he’s the top of the top. I’m a big fan.

Source

*****

AI : Pour commencer, parlons du nom du groupe. D’où vient le nom « Plain White T’s » ?

TH : Et bien, ça part d’une histoire géniale… non, en fait, pas vraiment. En 1997, le groupe venait d’être créé, et on avait besoin d’un nom. Beaucoup de nos chansons était influencées par des classiques du rock – et le sont toujours, d’ailleurs. Donc, rien qu’en pensant à ça, j’ai trouvé une liste de noms et « Plain White T’s » était l’un de ceux-ci. On a trouvé que c’était un nom plutôt cool, qui allait plutôt bien avec la vibe des années 50. Et pendant qu’on cherchait un nom, on avait découvert que dans les livrets des CD des autres groupes, sur les photos, il y avait pour chaque CD quelqu’un que nous adorions qui portait un t-shirt blanc uni (= plain white T). Donc on a pris ça comme un signe et on a choisi ce nom-là.

AI : Y’avait-il d’autres noms sur cette liste que vous êtes contents de ne pas avoir choisi ?

TH : Le suivant sur la liste était « Bank Billy », qui était littéralement une note que j’avais écrite – j’avais besoin d’aller à la banque et d’appeler Billy. Donc, en regardant le bout de papier, je voyais « Bank », « Billy »… c’était plutôt stupide. Heureusement, nous n’avons pas choisi celui-là. Un autre était « Where’s Arnie », du film « What’s eating Gilbert Grape ». C’était un nom plutôt cool mais je suis content que nous ayons choisi « Plain White T’s », ça s’accorde mieux à notre musique.

AI : Quand avez-vous su que vous vouliez être dans un groupe ? Y a-t-il eu un moment décisif où tu t’es réveillé et t’es dit « Hé, la musique est ce que je veux faire dans la vie ! » ?

TH: Ouais, en fait, mes parents se sont séparés quand j’avais 15 ans et j’avais toujours été un enfant intelligent, avec les classes d’honneurs et tout… Je ne faisais que suivre le mouvement, me comportant bien à l’école et songeant à l’université. Et après que mes parents se soient séparés, pour la première fois, ma vie a été secouée et je me suis mis à beaucoup penser à ce que j’adorais. Je savais que j’adorais la musique et, à ce moment-là, j’écrivais déjà des chansons. Du coup, j’ai décidé de prendre un peu plus de cours artistiques et de laisser tomber les histoires d’honneurs. Et à partir de ce moment-là, j’ai su que tout ce que je voulais faire était de la musique.

AI: Comment décrirais-tu ta musique pour quelqu’un qui ne l’a jamais entendue?

TH: Je la décrirais comme très mélodique avec des paroles honnêtes qui sont accompagnée de mélodies qui restent en tête. Mais du genre de mélodies que tu apprécies d’avoir en tête.

AI: Vous faites de la musique depuis plus de dix ans maintenant. Votre son a-t-il changé depuis ?

TH: Et bien, en fait, Tim, l’un de nos guitaristes, a commencé à écrire des chansons. Et il chante celles qu’il a écrites, ce qui, je pense, est le plus gros changement apporté au son du groupe, tu vois, avoir une voix différente en plus… Mais je pense aussi que ça aide à ajouter une dynamique de fraîcheur au groupe que nous n’avions manifestement pas avant. Mais à part ça, l’écriture des paroles se passe toujours de la même façon. Nous essayons toujours de ne jamais écrire deux fois  la même chanson, et même sur chacun de nos albums aucune des chansons ne se ressemble trop.

AI: Qu’est-ce qui inspire généralement votre musique ? D’où tirez-vous l’inspiration musicale ?

TH: La vie. Beaucoup des chansons ont pour thème les filles, les relations – vouloir quelqu’un sans le pouvoir, être heureux avec quelqu’un… Mais, vraiment, juste la vie. Par exemple, sur notre nouvel album la chanson titre, « American Nights », est à propos d’où nous en sommes dans la vie. Sortir, passer la nuit, ce à quoi beaucoup de personne pourront s’identifier je pense

AI: Et qu’espères tu que les auditeurs en tireront ?

TH: J’espère qu’il trouveront un morceau d’eux-mêmes dans les chansons. Le meilleur art pour moi est quand je vois quelque chose et que je peux sentir à propos de quoi le chanteur chante où, s’il s’agit d’un film, ce que traversent les personnages. C’est habituellement ce que je trouve de meilleur.

AI: Je me sens obligée de parler de « Hey There Delilah » étant donné que ça a été un énorme hit, avec la nomination aux Grammy et tout ça… Qu’est-ce qui a fait tomber les fans amoureux de la chanson selon toi ?

TH: Je ne sais pas. Quand j’ai eu fini de l’écrire, je savais que c’était une bonne chanson. Mais je ne pensais pas que ça allait être un hit parce qu’elle en est l’exact opposé. Elle est si simple, ordinaire… Mais j’en étais fier, j’adore les paroles. Et je pense que cette histoire de moi qui chante une chanson à une fille qui vit à des milliers de kilomètres était, au final, un concept auquel il est facile de s’identifier. Comme je l’ai dit, je pense qu’il est facile de s’identifier à toutes les chansons que nous écrivons parce qu’elles sont personnelles, mais celle ci comportait beaucoup de détail et de choses spécifiques. Pendant que je l’écrivais, je ne savais pas si ça aiderait les gens à s’y identifier ou pas. Parce que, en réalité, je pensais que seules les filles appelées Delilah vivant  à New York s’y identifieraient. Apparemment, cependant, ça n’a pas été le cas…

AI: Penses-tu que le succès de cette chanson a influencé votre manière d’écrire, de considérer votre musique, de l’appréhender ? 

TH: Je dirais qu’à la fois oui… et non. Je pense écrire toujours de la même manière – en essayant d’être honnête vis à vis de la vie. Mais je pense que je peux dire que ça a influencé notre manière d’agencer les chansons. Par exemple, beaucoup des chansons du nouvel album, même les plus rapides, contiennent une partie de guitare acoustique. Ce n’est pas pour copier « Delilah » mais je pense que nous nous sommes simplement rendu compte de nos forces et de ce à quoi les gens tiennent. Donc même si nous n’avons rien changé à notre manière d’écrire, peut-être que notre manière de présenter nos chansons est plus dans le style, ou la veine, de ce dont on pense que les gens espèrent des Plain White T’s.

AI: Le groupe et toi avez sorti l’EP Should’ve Gone To Bed l’année passée, vous venez de terminer un nouveau clip pour “The Giving Tree et le nouvel album arrive, tu peux nous en dire quelque chose ?

TH: Bien sûr. Il s’appellera American Nights. Nous avons fini de l’enregistrer l’année passée et j’adore cet album. Il a été compliqué à faire dans la mesure où tout le monde avait un avis sur ce que les chansons devaient être, comment elles devaient se faire, ce genre de choses… Je pense que plus que sur n’importe lequel autre album, il y avait beaucoup de personnes ayant des avis différents, ce qui craignait en un sens parce que c’était un album plus compliqué à faire vu que nous nous disputions. Mais en écoutant le résultat final, je pense que la plupart des meilleurs choix ont été faits. Et aussi dur qu’il ait été à faire, je pense qu’il représente un bon album dont nous sommes tous fiers.

AI: Et après cela, alors, qu’est-ce qu’il se passera pour le groupe ? Un autre album ? Des tournées ? Un film en 3D, peut-être… ?

TH: Oh oui. Nous sommes sur le point de nous associer avec les One Direction. Tu sais, ce gamin, Louis Tomlinson… Il a bien chanté « Hey There Delilah » à cette audition, donc on pensait le contacter et tenter un duo ou un truc comme ça… Je plaisante, bien sûr. Mais oui, on continue à écrire, certainement pour une fois que l’album sera sorti. Puis on fera des concerts, des concerts, des concerts – avec une escale à Boston, bien sûr. Et puis fin 2014, peut-être 2015, on retournera en studio et on enregistrera un autre échantillon de chansons.

AI:  Est-ce que les tournées, le studio et le reste devient monotone à la longue ? Comment faites-vous pour que ça reste une bonne raison de se lever tous les matins ?

TH: Pour le moment, en fait, je loue une maison à Malibu en Californie. Il y a ça, et le temps libre, et la capacité de nous occuper de nos affaires personnelles… Je veux dire que nous avons tous nos propres vies et que se séparer quand nous avons du temps libre pour des choses importantes comme la famille, les amis et la détente fait que ça reste amusant. Parce que au retour, on se dit « Oh, nous n’avons pas joué depuis deux semaines, j’ai hâte de jouer ce soir ! » Et en plus, ça fera un an que nous serons en tournée pour ce nouvel album, voire plus. Mais quand ce sera fini , on sera excités de retourner en studio et d’enregistrer de nouvelles choses, et il sera alors existant d’aller jouer ça en live et de le partager avec tout le monde. C’est un chouette cycle qui ne devient jamais vraiment trop terne.

AI: How would you describe a day in the life? Comment décrirais-tu une journée typique ?

TH: Aujourd’hui n’est pas un bon exemple étant donné que c’était une journée facile. Nous n’avons pas quitté notre hôtel jusqu’à 4 heures de l’après-midi. Mais normalement, on roule, on se lève tôt le matin, on va chanter quelque chansons pour une station radio, puis on rejoint la salle, on fait la sound check, quelques interview, on rencontre les fans, on a éventuellement une heure de pause, et puis on assure le spectacle, on se détend un peu après et on va dormir dans le bus… et puis ça recommence. C’est la vie sur la route. Mais en studio, on se lève à midi, on mange, on va en studio et on crée un peu de bonne musique.

AI: Just for kicks—if you weren’t a musician, what do you think you’d be doing? Juste comme ça, si tu n’étais pas musicien, que penses-tu que tu ferais ?

TH: J’ai toujours eu beaucoup de respect pour les enseignants. Je les adore. J’en ai eu quelques uns qui m’ont inspiré, artistiquement et musicalement. Ces enseignants un peu plus cool et moins lourds que les autres, ceux à qui je pouvais m’identifier et qui m’ont vraiment marqué. Donc ça aurait été chouette d’être quelqu’un comme ça pour d’autres gosses.

AI: Quel est ton plaisir coupable à la radio en ce moment ?

TH: Je ne sais pas si ça passe à la radio mais « Drunken Love » de Beyonce est si bon. Je l’écoute tous les jours et ce n’est même pas un plaisir coupable.

AI: Le cadeau le plus bizarre qu’un fan t’ait offert ?

TH: Ce n’est pas vraiment bizarre mais nous avons reçu ces poupées qui nous représentaient chacun de manière si précise, avec les guitares avec lesquelles nous jouions sur cette tournée… C’était vraiment cool, en fait, et je les ai toujours dans mon studio dans mon garage, bien rangées.

AI: L’endroit le plus bizarre où vous ayez joué ?

TH:  Nous avons joué dans un… je ne sais pas si c’était un club de strip-tease, mais ça y ressemblait. Les stripteaseuses devait traverser notres loges, à moitié nues, quand elles quittaient la scène. C’était génial. On devrait y retourner.

AI: Le dernier film que tu aies vu ?

TH: Oh je viens de voir Wolf of Wall Street. C’était fou. Epique. Insensé. Un film génial. Et j’ai vu ce film, Her, qui était si pertinent et bien construit. J’aime le fait que ça se déroule dans le futur mais que personne ne porte de tenues argentées, ça faisait plus réaliste. C’est un genre d’histoire d’amour. C’est chouette. Mais je l’ai vu après Wolf of Wall Street donc c’est plutôt celui-là le dernier film que j’ai vu.

AI: Qui serais-tu si tu étais un personnage de Disney ?

TH: Et bien, en fait, je suis un grand fan de Disney et, vous savez, Mickey Mouse est presque le moins pertinent des personnages Disney parce qu’il n’y a jamais eu de grand film ni rien avec lui. Mais c’est plutôt intéressant et je le choisirais qu’il est le visage de Disney. Et je dirais qu’il a quelque chose de magique, par rapport à ce qu’il représente, ce n’est pas à propos de son personnage, c’est tout ce qu’il y a derrière. Il y a là beaucoup de magie.

AI: Ok, voici la dernière question : une célébrité que tu aimerais rencontrer?

TH: Paul McCartney, ce serait génial. Pour les Beatles, tout ce qu’ils ont fait… ils étaient toujours en train d’essayer de voir devant, d’expérimenter. Et, en passant, je dirais, que j’ai déjà rencontré Sacha Baron Cohen et que, pour moi, c’est le top du top.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s